dimanche 20 octobre 2013

Critique: Orphelins

Quand des écorchés vifs se frottent, il ne peut y avoir que des étincelles.  Et il y en a dans Orphelins.  Un frère et une soeur, écorchés vifs chacun à sa manière, tentent de recoller les morceaux d'une famille qui n'en est plus vraiment une.

Par Robert Boisclair

Un soir de souper d'amoureux, Liam fait irruption chez sa soeur Hélène et son beau-frère. Ses habits sont ensanglantés.  Il s'explique.  Mais tout s'embrouille  L'histoire change. Les relations entre le frère, la soeur et le beau-frère également.  En sortiront-ils indemne ? Il faut voir la pièce pour le savoir.  Le suspense n'est peut-être pas celui que l'on pense.  

Les acteurs sont absolument sublimes.  C'est joué à un rythme fou.  Les répliques, complexes, défilent.  Le suspense origine autant de l'intrigue que du rythme saccadé des répliques.  Plus l'histoire progresse, plus les relations se complexifient.  Les trois personnages n'en sortiront pas indemnes.

De nombreuses questions fusent tout au long de la pièce.  Celle qui est sans doute à la base du texte, est celle de l'importance de la famille.  Ce qu'elle est.  Ce que l'on souhaite qu'elle soit.  Mais aussi sur l'amour familiale, sur l'amour filiale.  Le lien familial justifie-t-il tout ?  Le lien familial doit-il toujours être là ?  Peu importe les événements ?  Les comportements ?

La mise en scène vive et dynamique supporte magnifiquement le texte et le jeu des comédiens.  Tout supporte cette escalade.  Cette montée de tension.  Sans une mise en scène forte, le jeu des comédiens n'auraient sûrement pas été aussi assuré.  Orphelins est un spectacle qu'il faut voir.  Malheureusement, les représentations de Québec sont terminés.  Si vous passez par Montréal, le spectacle sera à La Licorne du 12 au 30 novembre.

Avec Steve Laplante, Étienne Pilon et Evelyne Rompré.  Un texte de Dennis Kelly.  Une traduction de Fanny Brit.  Une mise en scène de Maxime Denommée.  

1 commentaire:

  1. J'ai beaucoup aimé aussi et tu en parles très bien, Robert! Quelle intensité, tant dans le jeu que dans le texte!

    RépondreSupprimer