14 mars 2014

Critique: Femme non-rééducable/Anna P.

Femme non-rééducable/Anna P. propose un voyage au coeur de l'enfer tchétchène comme si on y était... ou presque !

Par Robert Boisclair

Femme non-rééducable/Anna P. est une pièce bâtie autour des notes, des textes et des correspondances de la journaliste de guerre Anna Politkovskaïa, seule journaliste russe à avoir couvert le conflit tchétchène.

Olivier Lépine propose une disposition de scène différente pour ce spectacle. Le spectateur entre en salles et a le choix entre la gauche ou la droite de la scène. Il doit faire une choix, prendre parti. Un peu à la manière d'Anna P. qui, même si elle ne faisait que son métier de journaliste, c'est-à-dire rapporter les faits, prenait parti à sa manière dans ses correspondances, ses écrits. Un peu aussi, à la manière des peuples russes et tchétchènes qui étaient soit d'un côté, soit de l'autre.

Des spectateurs à gauche, des spectateurs à droite et la scène au centre. Une véritable scène de combat. Et le combat sera rude. Sur une scène presque nue au tout début de la pièce. Quelques sièges à une extrémité. Un bassin d'eau. Une table. Un ordinateur. Un gâteau d'anniversaire. Et un mur blanc à l'autre extrémité. Une scène qui se transformera bien vite pour devenir un véritable capharnaüm. Divers objets joncheront le sol tout au long de la pièce. Un peu à la manière du désordre que vivent les Tchétchènes quotidiennement.

D'une facture résolument moderne, la pièce est ponctuée de quiz didactiques. Des interruptions qui aident à mettre en contexte ou mieux comprendre une guerre et une région, le Caucase, que l'on connaît bien peu. Femme non-rééducable/Anna P., dans son ensemble, est une pièce assez didactique d'ailleurs. Peut-être un peu trop. Par l'entremise des notes et correspondances d'Anna P., le contenu est déjà passablement riche en contenu didactique.

Six comédiens, trois hommes et trois femmes, distillent le texte d'Anna P. tout au long de la pièce. Une façon de dire que le combat contre l'injustice ne peut être que celui d'une seule personne, mais le combat de tous et chacun. Les hommes comme les femmes doivent se lever et combattre les injustices, le racisme, la tyrannie. C'est sans doute le message qu'a voulu laisser Anna P.

Femme non-rééducable/Anna P. est un texte dur dans une mise en scène résolument moderne et éclatée. Un voyage au coeur de l'enfer tchétchène comme si on y était... ou presque.

À Premier acte jusqu'au 29 mars. Avec Ariane Bérubé, Xenia Chernyshova, Eliot Laprise, Jean-René Moisan, Maxime Perron et Annabelle Pelletier Legros. Un texte de Stephano Massini. Une mise en scène d'Olivier Lépine.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Olivier Lépine et Eliot Laprise (vers la quarantième minute de l'émission du 3 mars).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire