6 mars 2014

Critique: Frozen (Océan arctique)

Regards croisés sur un drame tragique et incompréhensible, c'est ce qu'offre Frozen (Océan arctique) aux spectateurs de la Bordée. Trois adultes, trois drames, trois vies à jamais hypothéquées.

Par Robert Boisclair

Ralph est meurtrier et pédophile. Nancy est une mère qui garde espoir de revoir sa fille disparue. Agnetha est une scientifique qui étudie les meurtriers en série. Trois destins qui se croiseront dans une prison, là où on tentera de comprendre l'incompréhensible.

La très belle traduction du texte de Bryony Lavery n'est pas de tout repos pour les comédiens. Un texte hachuré, fait de petites bribes d'histoires aux évocations nombreuses, qui commande des performances de haute qualité. Et c'est le cas. Particulièrement Marie-Ginette Guay (Nancy) et Éric Leblanc (Ralph) tous les deux dans le ton juste des personnages.

Marie-Ginette Guay y va de tout son talent pour jouer cette mère qui espère contre toutes attentes et qui ne réussit pas à pardonner l'impardonnable. Une belle performance. Dès la première minute on croit au personnage du meurtrier interprété par Éric Leblanc. Impossible de lui offrir son pardon. Un jeu merveilleusement nuancé de sa part. Il s'aventure dans les nombreuses couches émotionnelles du personnage. Un personnage à la fois troublé, dément par moments mais aussi humain. Et c'est ce qui fait peur. Il est humain. On le déteste mais il est humain. Une magnifique performance de Leblanc.

Difficile de dissocier la mise en scène de Jeremy Peter Allen du réalisateur de cinéma qu'il est aussi dans la vie. Les sons d'ambiance et les projections vidéos en sont la preuve la plus flagrante. Un mise en scène différente qui ajoute au spectacle, principalement au début. Cependant, cela finit par devenir un peu lourd. Une utilisation plus parcimonieuse aurait été souhaitable.

Jeremy Peter Allen offre une bonne mise en scène. On sent qu'il adore la pièce et les thématiques qui y sont développées. Sa mise en scène donne beaucoup de place aux mots et à l'ambiance. Malheureusement, les nombreux noirs entrecoupent trop longuement le spectacle.

Frozen (Océan arctique) est un spectacle qu'il faut voir.  Pour découvrir une réflexion nuancée sur la folie meurtrière et pour de magnifiques performances.

À la Bordée jusqu'au 29 mars. Avec Nancy Bernier, Marie-Ginette Guay, Simon Larouche et Éric Leblanc.  Un texte de Bryony Lavery. Une mise en scène et une traduction de Jeremy Peter Allen.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Jeremy Peter Allen et Nancy Bernier (vers la vingtième minute de l'émission du 24 février) ainsi que notre Trois questions à... Jeremy Peter Allen ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire