24 mai 2014

Critique: Où tu vas quand tu dors en marchant...? 3

Six ans de parcours déambulatoire et six ans de bonheur. L'actuelle édition d'Où tu vas quand tu dors en marchant...? 3 ne fait pas exception. Bonheur, sourires et rêveries au menu! 

Par Robert Boisclair

Même s'il s'agit d'une année de reprise, le parcours du Carrefour international de théâtre de Québec, séduit encore. Cinq tableaux, certains légèrement revampés, d'autres un peu plus, s'offrent au public et aux passants du quartier St-Roch.

Le parcours s'enclenche avec le bal des cambistes (Le parquet), ces négociateurs d'actions à la bourse. Les cambistes danseurs se mêlent occasionnellement à la foule. Un bal qui simule les hauts et les bas de la bourse, les joies et les peines des cambistes. Un spectacle tout en mouvements et en émotions brutes.

Du parquet de la bourse, on se dirige vers la kermesse de la mort (Mourir tous les jours). Il s'agit ici d'une version d'Expo-Québec où tous les jeux tournent autour de la mort. Ludisme et humour côtoient la mort dans une série de jeux tous plus surprenants les uns que les autres: carrousel d'essai de cercueils, plan cosmétique funéraire ou roue chanceuse qui prédit de quelle façon se terminera notre séjour sur terre.

La troisième étape, intitulée La forêt, entraîne le spectateur au pays des héros de son enfance. Princes, princesses et autres personnages de contes deviennent des êtres noirs, antisociaux, doucereux, silencieux ou, pour certains, vicieux. La forêt propose trois sentiers à visiter. Vous pouvez donc n'en choisir qu'un ou refaire le parcours trois fois pour découvrir trois sentiers complètement différents.

Pour les deux dernières étapes du parcours, le stationnement en colimaçon du stationnement de la rue Xi'an fait office de décor principal. Insomnie offre aux spectateurs un bal poétique circassien. Acrobates et pianiste offrent un spectacle tout en douceur et en hauteur dont le thème est l'insomnie. Un spectacle que l'on peut d'ailleurs observer du premier au dernier étage.

Insomnie

Au Dernier étage, le spectateur s'offre le calumet de la paix en différentes saveurs. Vous ne verrez plus jamais le pot d'échappement de votre voiture du même oeil puisque vous fumez le calumet à même le pot d'échappement d'une voiture renversée.

Un parcours à découvrir et redécouvrir non seulement parce qu'il est ludique mais parce que le théâtre s'éclate dans la ville et qu'il anime merveilleusement bien ce coin de Québec.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Frédéric Dubois, coordonnateur artistique du parcours (au tout début de l'émission du 19 mai).

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire