6 juin 2014

Germinal: un petit bijou empli d'une douce naïveté

Germinal est un spectacle ludique qui pose un regard neuf sur le monde qui nous entoure. Un petit bijou empli d'une douce naïveté qui réjouit même le spectateur le plus blasé!

Une critique de Robert Boisclair

Germinal

Germinal, que présente le Carrefour international de théâtre de Québec, est un joli petit ovni qui séduit le spectateur par le regard neuf qu'il jette sur le monde qui nous entoure.

Le spectacle commence sans vraiment tout à fait commencer. Les lumières de la salle s'éteignent doucement dans un mouvement de va-et-vient qui ressemble à celui d'un enfant qui découvre ses possibilités de contrôle sur l'univers qui l'entoure. Puis l'éclairage scénique est habité du même mouvement de découverte.

Tout doucement, trois hommes et une femme apparaissent dans un coin de la scène dénudée. Ce sont eux qui jouent avec l'éclairage et qui découvrent leur capacité à prendre le contrôle de leur univers. Aphones d'abord, ils apprennent à prendre le contrôle de leurs pensées. Puis, c'est la découverte de la parole et le début de la grande aventure de l'évolution humaine.

Germinal jette un regard naïf et ludique sur notre monde. Une façon d'avoir un regard neuf sur ce qui nous entoure et que l'on ne voit plus. Vous ne verrez d'ailleurs plus votre environnement de la même manière après le spectacle.

Il est bien difficile de traduire l'esprit ludique et un peu naïf mais tellement rafraîchissant de Germinal. Il s'agit bel et bien d'un ovni dans l'univers théâtral. Mais quel bel ovni! L'équipe de Germinal invite le spectateur dans un univers un peu absurde où les objets et les concepts sont classés en ce qui fait poc poc ou qui ne fait pas poc poc. Un univers où la musique devient une forme de langage. Un univers où les bulles de styrofoam remplacent l'eau dans les marais. Un univers où une boîte rectangulaire, que dans notre monde on classerait dans la catégorie ordinateur, devient le manuel d'instruction, ou dans le langage de Germinal le Macnuel d'instruction, de leur environnement.

Le jeu espiègle des comédiens ajoute une touche d'humour à un spectacle qui passe rapidement. Une heure trente d'émerveillement que vous ne voudrez pas manquer. Faites vite car il ne reste qu'une représentation. Qu'attendez-vous? Ouvrez grand les yeux et courez vous achetez un billet. Ludisme et bonheur garantis!

En représentation ce soir à la Bordée. Avec Arnaud Boulogne, Beatriz Setién, Antoine Defoort, Halory Goerger et la voix de Mathilde Maillard.

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire