12 juin 2014

iShow: spectateur voyeur!

Construction éclatée et audace des comédiens sont les premiers mots qui me viennent à l'esprit en pensant à cet iShow que présente le Carrefour international de théâtre de Québec.

Une critique de Robert Boisclair

iShow

Un spectacle qui ne ressemble en rien à ce qu'un amateur de théâtre comme moi a pu voir. D'ailleurs, le Carrefour offrait aux spectateurs deux spectacles aux accents technologiques à l'opposé l'un de l'autre. Si le Cinq visages pour Camille Brunelle du début du Carrefour proposait une structure narrative qui s'apparentait aux médias sociaux, il n'en était pas moins un spectacle de théâtre pour autant, alors que le iShow est un être hybride oscillant entre le laboratoire technologique et le laboratoire théâtral.

Et, peut-être aussi, un média social en lui-même où 15 individus partagent avec leurs amis, les spectateurs, le vécu du moment. Ils transposent sans pudeur leur moi fantasmé du moment. Certains spectateurs seront déconcertés, voire choqués. D'autres amusés ou participatifs, car le spectateur est invité à participer à quelques occasions.

L'entrée en salle se fait alors que 14 comédiens sont en pleine discussion sur Chat roulette. La table est mise. Le spectateur s'amuse des discussions en cours qu'il visionne sur grand écran ou s'inquiète de passer tout le spectacle à regarder des discussions sur grand écran. Puis une comédienne s'avance et se lance dans une tirade qu'un spectateur devra interrompre. La conversation sera alors coupée abruptement par la comédienne, comme les conversations de Chat roulette qui se terminent souvent de cette façon. Le ton est donné. Ce n'est pas tout à fait du théâtre et pas tout à fait du web.

L'exploration web continue de différentes manières par des rencontres sur le web à quelques occasions, dont une invitation lancée à un internaute de participer à la scène du balcon de la pièce Cyrano en direct, mais également par de courtes vignettes théâtralisées. L'exploration de l'univers web s'intéresse beaucoup à son côté sombre. Ayez donc l'esprit ouvert car la sexualité explicite sera inévitablement présente à quelques occasions.

Les moments théâtralisés figurent parmi les plus intéressants et les plus touchants alors que les rencontres sur le web sont anecdotiques, prévisibles et sans émotion. Le spectacle confronte beaucoup le spectateur et c'est là que réside tout l'intérêt du iShow. À chaque moment, le spectateur est confronté à son attitude à l'égard des médias sociaux et du web. Est-ce choquant? Intéressant? Quel est ma réaction face à telle ou telle image?

L'audace et la mise à nu, au propre comme au figuré, des comédiens est ce qui m'a le plus frappé de ce spectacle qui est tout, sauf conventionnel. Ils transforment le spectateur en voyeur, à l'image de ce qu'il est quand il surfe sur le web, pour l'amener à se questionner, réfléchir aux images qu'il visionne en compagnie de milliers d'autres internautes. Un spectacle qui frappe dans le mille dans sa démonstration du voyeurisme, parfois malsain, des internautes (et du spectateur!).

La structure éclatée et l'audace des comédiens font de ce spectacle, un spectacle à voir. Préparez-vous à être déstabilisé!

En représentation ce soir au Périscope. Avec Émile Beaudry, François Édouard Bernier, Sarah Berthiaume, Hugo B. Lefort, Maxime Carbonneau, Patrice Charbonneau-Brunelle, Nathaly Charrette, Philippe Cyr, Laurence Dauphinais, Dominique Leclerc, Emilie Leclerc, Chanda Legroulx, Édith Patenaude, Gilles Poulin-Denis et Audrey Talbot. Une mise en scène de Maxime Carbonneau, Philippe Cyr et Laurence Dauphinais.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Édith Patenaude (vers la cinquantième minute de l'émission du 26 mai).

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire