26 octobre 2014

Trois questions à... Marie Gignac

Trois questions à... est une série qui permet de découvrir, en trois questions, des spectacles d'artistes et d'artisans du théâtre et de la danse qui aiment leur métier et le pratique au quotidien.

Par Robert Boisclair

Vania en répétition
Crédit photo: Stéphane Bourgeois

Marie Gignac est directrice artistique du Carrefour international de théâtre et metteure en scène de Vania que présente le Trident du 4 au 29 novembre. Les Enfants du paradis lui posent trois questions au sujet de cette production.

1) Les Enfants du paradis: Pourquoi avoir choisir le jeune Hugues Frenette pour interpréter Oncle Vania, rôle habituellement interprété par des comédiens plus âgés?

Marie Gignac: Le personnage de Vania est habituellement joué par des acteurs plus âgés parce que c'est un rôle exigeant, complexe, qui demande du souffle, une grande virtuosité émotionnelle et beaucoup d'abandon. Et je voulais un Vania énergique: après tout, il n'a que 47 ans! Hugues a juste quelques années de moins que lui, mais son immense talent, son exceptionnelle maturité artistique et son expérience compensent amplement… Et puis c'est un acteur que j'adore, qui se donne à fond, avec qui j'ai développé une grande complicité et à qui je peux tout demander…

2) Les Enfants du paradis: Le monde de Vania vacille. Il est en crise existentielle. Est-ce une pièce sur le temps qui passe et le bonheur ou est-ce un bilan de vie?

Marie Gignac: Difficile de résumer, les motifs et les sens sont nombreux mais je dirais que c'est une pièce sur l'écoulement du temps, sur le vieillissement, ou plutôt le sentiment de vieillir, qui peut être aussi aigu à 30 ans qu'à 60 ou 90 : la conscience du temps qui passe, inéluctablement, avec ce tout ce qu'il porte de regrets, les rêves meurtris, les ambitions avortées, les échecs et les ratages, amoureux et professionnels, la condition humaine et sa finalité…

3) Les Enfants du paradis: Comment décririez-vous Vania, le personnage, en quelques mots?

Marie Gignac: Un enfant et un vieillard en même temps, brillant, hyper-sensible, constamment frustré, extrêmement lucide, plein d'auto-dérision, oscillant sans cesse entre l'espoir et le désespoir, un personnage comique et tragique à la fois.

Apprenez en plus sur ce spectacle en visitant le site web du Trident ici.

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire