3 octobre 2014

Trois questions à... Michel Nadeau

Trois questions à... est une série qui permet de découvrir, en trois questions, des spectacles d'artistes et d'artisans du théâtre et de la danse qui aiment leur métier et le pratique au quotidien.

Par Robert Boisclair

Effets secondaires
Crédit photo: Suzane O'Neill

Il est directeur artistique du Théâtre Niveau Parking et metteur en scène de la pièce Effets secondaires que présente le Périscope du 8 au 25 octobre. Les Enfants du paradis lui posent trois questions au sujet de cette production.

1) Les Enfants du paradis: Avec Effets secondaires vous vous intéressé au corps mesuré, évalué, testé. Pourquoi cet intérêt pour le corps mesuré? 

Michel Nadeau: Dans le monde actuel, tout - pas seulement le corps - tout est de plus en plus mesuré. Tout est mesuré parce qu'on veut tout contrôler. On veut trouver le médicament qui va corriger notre psyché, on veut corriger le gène défectueux, on veut transformer les plantes génétiquement pour les adapter à l'herbicide qu'on a inventé. Comme si ce qu'on inventait était parfait et que notre corps, notre tête, la Nature étaient imparfaits. On craint le mystère, le je-ne-sais-quoi, la poésie de plus en plus.

Effets secondaires, et les deux autres pièces que nous présentons cette saison, correspond à cette préoccupation que j'ai et qui, par le hasard des lectures, peut s'exprimer cette année.

2) Les Enfants du paradis: Les effets secondaires évoqués dans la pièce sont-ils avant tout chimiques et physiques d'ordre éthique ou chimiques et physiques d'ordre amoureux?

Michel Nadeau
: Dans la pièce, les effets secondaires sont de plusieurs ordres et c'est ce qui fait l'intérêt de cette oeuvre. Si on change la chimie de notre cerveau, on change le sentiment; mais si on change le sentiment, on change aussi la chimie; et si on change le sentiment par la chimie cela a aussi une influence sur l'éthique, d'autant plus si c'est le profit qui motive tous ces changements.

3) Les Enfants du paradis: Chercheurs et volontaires verront-ils leur vie transformée?

Michel Nadeau: Lucy Prebble a eu l'intelligence de ne pas écrire un pamphlet, une pièce où elle nous dit ce qu'elle pense de la pharmaceutique mais elle a plutôt mis en scène quatre personnages qui sont à un moment charnière de leur vie et qui seront tous les quatre changés par cette expérience. D'où l'intérêt de cette pièce et la cause du succès qu'elle a rencontré.

Apprenez en plus sur ce spectacle en visitant le site web du Périscope ici ainsi que notre interview avec Michel Nadeau ici (au tout début de notre émission du 29 septembre).

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire