30 octobre 2015

Tribus: dialogue de sourds

Même si la communication occupe une place de choix dans cette pièce, le sujet en est, sans contredit, la place que chacun occupe en société et l'amour, celui de la famille ou du groupe d'appartenance, que se voue les membres du clan, de la tribu.

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: Studio PL2

Au sein d'une famille dysfonctionnelle où la communication sous toutes ses formes occupe une place de choix, Billy est le troisième enfant de la famille. Il est sourd de naissance et n'a jamais appris la langue des signes. Ses parents, craignant l'ostraciser, l'ont élevé comme son frère et sa soeur. Lorsqu'il rencontre Sylvia, malentendante en voie de devenir sourde, son désir d'apprendre la langue signée, de faire partie d'une tribu qui lui est propre, bouleverse l'équilibre familial. Dans cette famille où les messages sont brouillés par des années de déni, l'arrivée de cette langue des signes bouleverse l'équilibre, bien fragile, de l'ordre établi. Chacun doit redéfinir sa place dans la tribu familiale mais également dans les tribus d'appartenance.

Incommunicabilité
Dans cette famille où la communication est au centre de tout, l'écoute n'est pas la valeur la plus importante. Elle est plutôt tortueuse. Les règles y sont bien établies et les façons de communiquer sont particulières. Les mots sont des barrières bien plus qu'un moyen de se comprendre ou de se parler. Ils babillent, discutent mais ne s'écoutent pas. Sauf Billy. Il est animé d'un désir refréné de parler et d'être compris. Sa rencontre avec Sylvia et la langue des signes sera le déclencheur de sa quête personnelle pour une véritable communication et un amour basé sur l'acceptation.

Tendresse et douceur
Tribus est un spectacle tout en tendresse et en douceur. Malgré les mots parfois durs, les membres de cette famille dysfonctionnelle s'aiment tendrement. La mise en scène, le texte et le jeu des comédiens mettent bien en évidence la tendresse et l'amour qu'ils se vouent.

Si les changements à vue et dans la pénombre brisent quelque peu le rythme, l'environnement sonore qui l'accompagne permet des passages pas trop dérangeants pour les spectateurs.

La scénographie propose un décor aéré et ouvert où les spectateurs sont de chaque côté de la scène. Un joli clin d'oeil au fait que ce n'est pas parce qu'il y a de l'espace de communication qu'il y a de la communication. Ce n'est pas parce que l'on parle qu'il y a véritable communication. Ce n'est pas parce que l'on est sourd que l'on ne communique pas ou mal.

De belles performances

Crédit photo: Studio PL2

Les comédiens offrent d'excellentes performances. David Laurin (Billy) et Caroline Bouchard offrent de très beaux moments. Ils sont particulièrement touchants dans les moments où ils signent leur discussion. L'émotion est palpable et la gestuelle utilisée amplifie l'émotion. Le texte signé est plus fort que la parole. L'image vaut mille mots, dit-on! C'est bien le cas ici. L'émotion est brute, sentie. Les mots deviennent mélodie, poème. De beaux moments où David Laurin et Caroline Bouchard sont sensibles, touchants et nuancés.

Benoît Drouin-Germain impressionne avec le rôle complexe du frère aimant mais torturé. Mal dans sa peau, il aime profondément son frère qui, malgré sa surdité, est son phare, son point d'ancrage. La performance de Benoît Drouin-Germain est magnifique, juste et touchante. Les autres interprètes, Monique Spaziani, Jacques L'Heureux et Catherine Chabot, offrent également de très belles performances.

À voir!
Il ne reste que quelques jours pour voir ce spectacle touchant et plein de tendresse. D'amour aussi. Une pièce qui donne le goût d'apprendre la langue des signes pour communiquer avec autant d'émotion que Billy et Sylvia. À voir avant que le silence ne tombe sur cette pièce le 31 octobre.

Au Périscope jusqu'au 31 octobre. Avec Caroline Bouchard, Catherine Chabot, Benoît Drouin-Germain, Jacques L'Heureux, David Laurin et Monique Spaziani. Une mise en scène de Frédéric Blanchette. Un texte de Nina Raine.

Bon théâtre et bonne danse !
====================
Les 9 et 10 juillet 2016, je vais prendre part au Cyclo-Défi Enbridge contre le cancer. Si vous voulez en savoir plus sur cet événement caritatif, faire un don ou encore relever ce défi stimulant, vous pouvez cliquer ici. Merci de votre générosité!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire