10 juin 2016

Bibish de Kinshasa: voyage de coeur

Un spectacle pas morose pour deux sous et à l'ambiance feutrée d'un souper entre amis. Humain et sensible, le voyage offert est rempli des images, des odeurs et des sons de Kinshasa. 

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: David Ospina

Bibish de Kinshasa est à la fois une discussion géopolitique et humaine, une mise en lecture théâtralisée et une dégustation culinaire sur le mode bouffe entre amis. Inspiré du roman Samantha à Kinshasa, le spectacle est une véritable virée au coeur même de la capitale de République démocratique du Congo. Les souvenirs de Marie-Louise Bibish Mumbu, l'auteur du spectacle et du livre dont il est issu, nous invitent dans les rues de la ville à la découverte d'un Kinshasa odorant, bruyant et vivant malgré la guerre et la pauvreté.

===================================================================
Vous êtes à un clic de sauver des vies!
Cliquez ici pour faire un don qui sera remis au CHU de Québec. Merci de votre générosité!
===================================================================

Voyage au coeur de Kinshasa
C'est à un véritable voyage au coeur de Kinshasa que nous convient le duo Ducros et Mumbu en compagnie de la magnifique Gisèle Kayembe et du fort sympathique Papy Maurice Mbwiti. Voyage, qui est en fait, un voyage de coeur. Parce qu'on y découvre le bonheur de vivre malgré la mort, la violence et la haine qui circulent dans les rues de Kinshasa. On y découvre des êtres sensibles, tous plus merveilleux et colorés les uns que les autres, dont le plus cher désir est de vivre, tout simplement. Ce qu'on oublie trop souvent ici.

«Simplement j’avais envie d’inviter les gens à voir ce que les gens qui immigrent chez nous apportent dans leurs valises. À partir d’un cas, celui de Marie-Louise, on explore la richesse de l’exil. Alors que les débats sur les migrants et sur le niqab font rage, ça m’apparaît d’autant plus important. L’idée est de réfléchir un peu plus loin que ce que nous dicte notre peur de l’autre.»
Philippe Ducros, adaptateur, metteur en scène et interprète-intervieweur du spectacle, 
lors d'une interview parue dans le Voir du 30 septembre 2015.

Marie-Louise Bibish Mumbu dit être en discussion continuelle avec son père, parti trop tôt, lorsqu'elle écrit. Recevoir ce spectacle, c'est un peu ça: une discussion que l'on voudrait éternelle. Un souper entre amis. Des échanges. De l'amitié. De l'amour. Plein d'amour. Tout ça malgré la douleur sous-jacente. Le portrait de Kinshasa et de la République démocratique du Congo n'est pas rose mais l'équipe nous convie à un voyage qui offre un regard humain sur les gens qui peuplent ce pays. Loin d'être noir ou défaitiste, le spectacle est un véritable baume au coeur.

Être dans la salle de ce spectacle, c'est découvrir les odeurs, l'animation des rues, le rythme de vie des Congolais. La mise en scène et la scénographie amènent le spectateur au coeur même de cette ville trépidante. À gauche un bar, ouvert avant et pendant le spectacle où Papy Maurice Mbwiti est le barman de service. Au centre, un mur, qui pourrait aussi être une clôture, représente tout les lieux à la fois où nous entraînera Gisèle Kayembe, double de l'auteur, alors qu'elle nous livrera les souvenirs de Marie-Louise Bibish Mumbu. Souvenirs entrecoupés des discussions géopolitiques du duo Mumbu\Ducros. Ils sont également cuisiniers pour la dégustation d'un plat typiquement congolais qui sera offert aux spectateurs à la fin de la représentation. Et la musique, merveilleuse typiquement congolaise qui donne envie de danser tout au long du spectacle, et qui transporte le spectateur au coeur même de l'ambiance grouillante de Kinshasa. Odeurs et musiques aux couleurs de Kinshasa à la fois belle et poubelle, comme l'image Marie-Louise Bibish Mumbu.

Le dénouement, intitulé Chroniques québécoises, laisse toute la place à Marie-Louise Bibish Mumbu, qui vient livrer son amour du Québec et de la vie. Un moment extrêmement touchant qui vient clore magnifiquement Bibish de Kinshasa. Cela donne le goût de s'offrir le livre pour en découvrir encore plus sur cette femme et son pays d'origine, pas aussi démocratique que son nom l'indique.

===================================================================
Aidez-moi à vaincre le cancer!
Le cancer est un fléau qui touche de nombreux Québécois. En 2016, on estime que 196 900 nouveaux cas de cancer (excluant environ 78 300 cancer de la peau de type non-mélanome) seront découverts et 78 000 décès seront dus au cancer. Approximativement 96 400 femmes et 100 500 hommes canadiens seront diagnostiqués avec le cancer cette année. Aidez à vaincre le cancer en faisant un don sur ma page personnelle du Cyclo-Défi Enbridge contre le cancer. Votre don aidera à vaincre le cancer et me permettra de relever le défi d'effectuer 200 km à vélo en compagnie de survivants de cette terrible maladie que j'effectuerai les 9 et 10 juillet prochains.  Cliquez ici pour faire un don sécurisé qui sera remis au CHU de Québec. Merci de votre générosité!

===================================================================

À ne pas manquer
Une aventure humaine et sensible qui vaut le détour. Un spectacle qui offre un beau portrait de Kinshasa qu'il faut voir avant qu'il disparaisse le 11 juin vers 19h.

À l'affiche les 10 et 11 juin au Périscope dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec. Avec Gisèle Kayembe accompagnée de Marie-Louise Bibish Mumbu, Philippe Ducros et Papy Maurice Mbwiti. Un texte de Marie-Louise Bibish Mumbu. Une adaptation et une mise en scène de Philippe Ducros.

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire