8 juin 2014

Un joyeux bric-à-brac que cette Histoire révélée du Canada français

Plus de sept heures de spectacles pour raconter l'histoire de notre coin de pays. Voilà un défi qu'a su relever avec brio le Nouveau Théâtral Expérimental avec L'Histoire révélée du Canada français, 1608-1998 présenté au Carrefour international de théâtre de Québec.

Une critique de Robert Boisclair



Dix comédiens qui s'éclatent dans un spectacle qui dure plus de sept heures. Trois volets bercés par la grande et la petite histoire et présenté sous forme de vignettes historiques. Le spectateur est constamment catapulté dans le temps alors que les vignettes ne respectent nullement le passage du temps. Des surtitres indiquent l'époque et le lieu afin de bien situer le spectateur.

Après un premier volet qui se cherche quelque peu (Invention du chauffage central en Nouvelle-France), le spectacle prend véritablement son envol avec les deuxième et troisième volets (Les chemins qui marchent et Le pain et le vin). Le deuxième volet s'amuse gaiement à transformer notre histoire en comédie musicale alors que le troisième offre une conférence tournant autour de l'influence de l'histoire sur l'évolution culinaire québécoise. Vous ne verrez plus jamais notre coin de pays, et votre assiette, de la même façon.

Le Nouveau Théâtre Expérimental (NTE) a fait le choix judicieux de s'intéresser à la fois à la grande et à la petite histoire. Les personnages historiques côtoient ceux de la petite histoire afin de transporter le spectateur dans le quotidien des Français et des Amérindiens. Notre histoire s'incarne donc au travers des petits comme des grands moments permettant aux spectateurs de découvrir son histoire sous un angle nouveau et qui n'est pas trop didactique. L'histoire véhiculée n'en est pas moins véridique ou intéressante.

Le texte d'Alexis Martin s'amuse avec notre Histoire alors qu'il est truffé de jolies allégories et de mots d'humour. La musique et le chant côtoient le merveilleux texte d'Alexis Martin de bout en bout donnant au tout une allure festive. La mise en scène de Daniel Brière est fort juste et coule à merveille. Il aurait été facile de se perdre dans les nombreux changements de décors et dans des noirs qui n'en finissent plus. Or, Brière évite cet écueil de belles manières. Les changements sont rapides et maintes fois faits en direct en l'espace de quelques secondes. L'action n'arrête pratiquement pas. Brière garde ainsi un bon rythme à la pièce et le spectateur ne s'y ennuie guère.

La distribution est impeccable. François Papineau et Danielle Proulx se démarquent particulièrement mais les autres comédiens n'ont pas à rougir de leur performance. Elles sont servies avec bonne humeur, gaieté et un plaisir évident.

Une production à voir pour découvrir un spectacle qui enchante et notre belle histoire d'un oeil différent.

En représentation aujourd'hui à 14h au Grand Théâtre de Québec. Avec Gary Boudreault, Benoit Drouin-Germain, Steve Laplante, Pierre-Antoine Lasnier, Alexis Martin, François Papineau, Dominique Pétin, Carl Poliquin, Danielle Proulx et Marie-Ève Trudel. Une mise en scène de Daniel Brière.

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire