3 février 2015

L'importance d'être constant: a nice cup of tea!

Humour subtil et maniérisme victorien ponctuent cette charmante comédie qui se laisse apprivoiser doucement pendant près de deux heures. 

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: Yves Renaud

Jack Worthing et Algernon Moncrieff sont deux jeunes dandys britanniques qui mènent une double vie pour échapper à une vie sociale morne et ennuyeuse. Tout va pour le mieux, jusqu'à ce qu'ils tombent amoureux. De quiproquos en promesses de mariage, les élues de leur coeur finiront par découvrir le stratagème.

À gros traits
Double vie, artifices et paraître sont les thèmes dominants de ce spectacle. La mise en scène et, particulièrement, la scénographie jouent sur ces thèmes de belles façons. Dès le lever du rideau une immense tasse de thé géante occupe le plateau central de la scène. Tout au long du spectacle des accessoires surdimensionnés, comme cette immense cuiller qui sert de lit et de siège, ces cubes de sucre aux dimensions parfaites pour occuper la tasse géante ou encore cette rose rouge démesurément grande apparaissent.

Dans un monde où le paraître et les artifices sont roi, l'image surdimensionnée de ces accessoires n'en est que plus appropriée. Et puis, tout cela fait sourire. On a plaisir à découvrir les objets et à observer l'utilisation qu'il en est fait. De beaux moments à chaque fois. Tout ça donne une lecture grossissante fort rafraîchissante. Et ramène l'égo des personnages à une dimension plus raisonnable, dirons-nous!

Prendre son envolée
S'il y a bien un défaut à cette pièce, c'est le temps qu'elle prend à prendre son rythme. Une fois le rideau levé et la surprise de découvrir la tasse de thé géante, l'intrigue prend un certain temps à lever. Le rire et le sourire ne sont pas immédiats. Il faut un bon quinze minutes pour que tout ça passe au mode comédie.

Lorsque le démarrage est effectué, tout baigne. Ce n'est pas un rire franc, ou si peu, mais on prend plaisir à voir ces deux dandys se dépêtrer de situations inextricables. Le jeu des comédiens et les situations font régulièrement sourire et rire à plusieurs reprises.

Agréable moment
Un agréable moment passé en compagnie de la Grande-Bretagne victorienne. Une production qui fait sourire et rire. A nice cup of tea my dear!

La pièce n'était présenté qu'une seule fois à la Salle Albert-Rousseau hier soir. Avec Anne-Élisabeth Bossé, Patrice Coquereau, Maxime Denommée, Vincent Fafard, Henri Chassé, Richard Lalancette, Virginie Ranger-Beauregard et Julie Vincent. Une mise en scène d'Yves Desgagnés.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Anne-Élisabeth Bossé (vers la vingtième minute de l'émission du 19 janvier).

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire