11 avril 2014

Critique: Je suis un autre

La chorégraphe Catherine Gaudet offre une belle valse à deux temps avec Je suis un autre à la rotonde jusqu'au 12 avril.

Par Robert Boisclair

Cette valse à deux temps débute par une naissance. Les danseurs demi-nus, couchés au sol semblent émerger du corps d'une femme en émettant des sons de bambins. Naissance qui entraîne le spectateur dans un monde où les corps s'animent de mille tressaillements, ondulations, soubresauts, glissades et autres mouvements.

Pour Catherine Gaudet, le travail pour Je suis un autre «était axé sur créer une proposition qui devait contenir la très juste dose d'éléments étranges, insaisissables et d'éléments identifiables, reconnaissables, le tout afin de produire, chez celui qui regarde, le juste équilibre de sécurité et d'insécurité qui le garde en état d'alerte.» Et c'est ma foi, réussi! Tout est à la fois étranges et insaisissables mais reconnaissables laissant le spectateur dans un étrange état où il semble saisir l'émotion et en même temps y découvrir quelque chose d'étrange et d'insaisissable.

Un spectacle loin d'être aphone et qui fait la part belle au théâtre. Les danseurs s'expriment régulièrement laissant glisser, ici et là, des répliques pleines d'humour. Un ajout intéressant à ce spectacle qui s'insère bien dans cette quête de Catherine Gaudet d'éléments étranges et insaisissables.

Le duo de danseurs, Caroline Gravel et Danny Desjardins, est magnifique et très généreux. Ils décomposent le corps comme rarement le font les danseurs. Les corps tressaillent, se tortillent, se déforment, s'enlacent d'une manière si imprévisible que le spectateur découvre de nouvelles facettes du corps.

Une pièce ancrée dans le ressenti du spectateur avec un regard sur le corps à la fois tendre et incisif.

Une présentation de la rotonde à la Salle Multi de Méduse jusqu'au 12 avril. Avec Caroline Gravel et Danny Desjardins. Une création de Catherine Gaudet.

Apprenez en plus sur ce spectacle avec notre Trois questions à... Catherine Gaudet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire