10 avril 2014

Critique: Trick or Treat

Trick or Treat, c'est la rencontre explosive entre de petits pègreux et un apprenti pègreux qui tourne au vinaigre. Retour sur un spectacle explosif.

Par Robert Boisclair

Le synopsis de Trick or Treat est simple. Un jeune de 15 ans, Mike, qui accepte mal l'absence de son père se rend chez un petit pègreux pour se procurer une arme afin de se venger de ceux qui l'ont taxé. La rencontre tournera quelque peu au vinaigre lorsque Cracked, un jeune drogué quelque peu perturbé, fera son entrée chez Ben, petit pègreux qui vend des armes à rabais, alors que Mike en négocie l'achat.

La scène principale, celle de la négociation qui tourne au vinaigre, est précédée de quelques scènes d'introduction des personnages. Des scènes bien superflues, bien qu'intéressantes, alors que le force de la pièce réside dans la scène de la négociation d'achat de l'arme. Une scène forte, empreinte d'une émotion que l'on ne retrouve pas dans les scènes précédentes ainsi que dans les suivantes.

C'est dans cette scène que se déploie tout le talent d'acteurs de la relève, Jean-Denis Beaudoin et Maxime Beauregard-Martin, et d'expérience, Jacques Leblanc que l'on découvre dans un contre-emploi surprenant. Jean-Denis Beaudoin impressionne dans un rôle pas du tout facile pour un jeune diplômé du Conservatoire. Un personnage toujours au bord de la folie et affecté par la maladie de sa mère qui oscille entre les moments de lucidité, de folie, de vulnérabilité, de tendresse, de pur bonheur et d'inquiétude.

Maxime Beauregard-Martin, dans un rôle un peu moins explosif dépeint de belle façon les inquiétudes et les questionnement d'un adolescent qui se cherche. Que dire de Jacques Leblanc qui dans son interprétation d'un petit pègreux polonais surprend.  Il joue les durs mais se prend d'affection et joue au père avec les deux jeunes qu'il croit tenir sous sa coupe.

La mise en scène d'Olivia Palacci convient presque parfaitement à ce texte explosif, viril et violent de Jean Marc Dalpé à un détail près, l'omni-présence de téléviseurs. Reflets de la société d'aujourd'hui qui visionne en boucle les vidéos Youtube, la présence de ces téléviseurs ouverts qui projettent constamment des images, parfois avec le son, dérange. La force du texte de Dalpé aurait été suffisante particulièrement dans la scène principale où tout le drame se joue en de multiples couches d'émotions. L'univers dépeint dans la mise en scène d'Olivia Palacci se déploie dans un éclairage sombre et un décor minimaliste.  Ambiance qui convient parfaitement au huis-clos de la scène principale.

Trick or Treat est un texte explosif et violent. Un univers d'homme où existe, malgré toute la violence qu'on y retrouve, beaucoup d'humanité et d'amour cachés sous une épaisse couche de virilité.

À Premier acte jusqu'au 26 avril. Avec Jean-Denis Beaudoin, Maxime Beauregard-Martin, Jacques Leblanc, Simon Lepage et Patric Saucier. Un texte de Jean Marc Dalpé. Une mise en scène d'Olivia Palacci.

Apprenez en plus sur ce spectacle en consultant notre Trois questions à... Olivia Palacci.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire