4 novembre 2015

Et au pire, on se mariera: amour d'adolescente

Une pièce qui squatte bien des zones grises mais qui traite parfois doucement, parfois durement d'un amour adolescent qui fait mal. Une rencontre avec la vérité toute crue. Celle d'Aïcha, une adolescente au coeur brisé. 

Une critique de Robert Boisclair

Crédit photo: Joé Pelletier

Aïcha, une adolescente troublée se raconte, révélant sa relation ambiguë avec son père adoptif, sa haine pour sa mère, ses amis travestis et prostitués et sa relation avec Baz, un homme bien plus âgé qu'elle. Elle est, comme toutes les adolescentes, passionnelle et à fleur de peau. Mais c'est aussi une écorchée vive qui croit tout savoir sur la vie et les relations humaines. Elle souffre d'une vie déjà trop et mal remplie.

Fine interprétation
Dans un décor épurée, la scène est minimaliste avec une table, une chaise et un muret au centre d'un petit espace carré délimité par un amoncellement de verre brisé, un comédienne attend le spectateur qui entre dans la salle. C'est Aïcha, nerveuse, en attente de son interrogatoire. La comédienne Kim Despatis se lance alors dans un long monologue/dialogue avec aplomb. Elle est adolescente. Elle est Aïcha. Même si la comédienne a le double de l'âge du personnage, son interprétation est plus que crédible. Elle se glisse parfaitement, même si parfois elle tombe dans la caricature pour de courts instants, dans la peau de cette adolescente prête à tout pour vivre le grand amour.

L'adaptation du metteur en scène Nicolas Gendron s'est concentré sur l'essentiel, l'histoire d'amour interdite. Choix judicieux de placer son héroïne dans une salle d'interrogatoire anonyme. L'histoire occupe ainsi toute la place, celle qu'elle mérite. Excellente idée que ce verre brisé qui encercle l'espace de jeu, symbole des multiples personnalités d'Aïcha, de son coeur brisé en mille morceaux ou de son caractère autodestructeur.

À voir!
Kim Despatis est lumineuse dans une performance pleine de vitalité. La pièce touche droit au coeur et le dénouement surprend avec une révélation terrible. Une pièce incontournable à voir avant que le rideau ne tombe le 7 novembre.

À Premier acte jusqu'au 7 novembre. Avec Kim Despatis. Une mise en scène de Nicolas Gendron. Un texte de Sophie Bienvenu.

Bon théâtre et bonne danse !
====================
Les 9 et 10 juillet 2016, je vais prendre part au Cyclo-Défi Enbridge contre le cancer. Si vous voulez en savoir plus sur cet événement caritatif, faire un don ou encore relever ce défi stimulant, vous pouvez cliquer ici. Merci de votre générosité!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire