30 mai 2015

Boom: à ne rater sous aucun prétexte

Dans ce spectacle, culture, politique et musique se côtoient pour le plus grand plaisir des baby-boomers... et des autres générations!

Une critique de Robert Boisclair



Boom s'attarde aux années 1945 à 1969. Entre les bombes d'Hiroshima et Nagasaki et l'aventure lunaire américaine d'Appollo 11, le spectateur vit ces 25 années survoltées en compagnie de Rick Miller, tout aussi survolté que ces 25 années boomers.

La scène circulaire, qui fait penser à un immense vinyle, vous savez ces disques qui, mis sur un tourne-disque produisaient de la musique dans les années pré-iPod, Shazam et Apple Store, devient une capsule temporelle à partir de laquelle Rick Miller raconte comment les politiques nationales et internationales influencent la vie quotidienne des gens ordinaires. Un voyage sociologique fascinant.

Une mise en scène efficace
Avec une large panoplie de perruques, vestes, chemises et autres accessoires, Rick Miller personnifie moult personnages. Peut-il en être autrement? Que seraient Winston Churchill sans son éternel cigare ou Pierre Elliott Trudeau sans sa rose à la boutonnière?

Le choix de la mise en scène limite quelque peu les mouvements de Rick Miller mais elle n'en est pas moins efficace. Un immense écran circulaire transparent occupe tout le centre de l'espace où il se trouve. Les projections, nombreuses, émaillent les 25 années boomers de photos et de vidéos d'époque. Une merveilleuse plongée au coeur de l'Histoire. Une merveilleuse mise en contexte.

Multi-talentueux
Au coeur d'un espace relativement restreint, Rick Miller se démène et offre une performance qui met en évidence le large éventail de son talent. De conteur d'abord. D'interprète, de musicien et de chanteur également.

Il réussit à savamment lier les événements historiques et certaines des grandes personnalités de l'époque à l'histoire de ses géniteurs. Difficile pour le spectateur de ne pas tomber en amour avec les parents de Rick Miller ainsi qu'avec Lawrence, un afro-américain devenu bluesman, que sa mère a failli épouser. Cependant, quelques défaillances vocales, rien de bien dramatique tout de même, émaillent le spectacle ici et là.

Chanteur et musicien accomplis, Rick Miller s'accompagne lui-même à la guitare ajoutant même l'harmonica à l'occasion. Les grands succès musicaux des années boomers sont nombreux et servent à la fois de lien entre les différentes années et à souligner quelques-uns des principaux événements de l'année qui s'écoule.

Rick Miller a habitué le public du Carrefour à des spectacles enivrants et divertissants. Le public de Boom ne sera pas déçu. Un spectacle qui pétarade, va parfois dans plusieurs directions, mais un spectacle qui fait boom. Énergisant et dynamique!

Une présentation du Carrefour international de théâtre de Québec pour encore deux représentations aujourd'hui à 14h et 20h. 

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire