22 mai 2015

Où tu vas quand tu dors en marchant...?: voyage au pays des rêves

Un parcours, cinq tableaux, cinq univers. Voilà décrit en quelques mots le parcours Où tu vas quand tu dors en marchant...? du 16e Carrefour international de théâtre de Québec. Voyage au pays des rêves!

Une critique de Robert Boisclair

Quelques images du tableau Les palais

Le rêve et l'imaginaire occupent chacun des cinq tableaux du parcours. Les murs, omniprésents dans ce déambulatoire, servent de trame de fond. Tout au long du parcours, le spectateur marcheur traverse ou côtoie un mur. Parfois, il y observe des projections. Rêve, imaginaire et murs infranchissables ou pas sont à découvrir pendant près de deux heures en haut et en bas de la Côte de la potasse.

Ludique
Le tableau Le désordre, que je vous suggère de garder pour la fin de votre parcours, est le plus ludique de tous. Dans la cour de l'école Saint-Louis-de-Gonzague, vous retrouverez votre coeur d'enfant. Les jeux y sont multiples et laissent place à la folie de la jeunesse. Il y flotte comme une odeur de kermesse, un air de fête. Au menu, piste de danse, farniente agrémenté de contes, aire de détente, feu de camp, glissade dans un bain de nouilles et quelques autres belles surprises à découvrir sur place.

Fêter quoi?, localisé aux Nouvelles-Casernes, invite le spectateur marcheur à la célébration. Préparez-vous à être de la fête. Vous pourrez même être interpellé pour votre anniversaire de naissance ou de mariage. Mariachis, karaoké, parade de dragons sont de la fête. Préparez-vous à des rencontres diverses tout au long de votre traversée des Nouvelles-Casernes.

Ambiances glauques
Si les deux précédent tableaux sont ludiques, les trois suivants sont plutôt glauques. Les ambiances y sont plus sombres ou austères. Ils suscitent la réflexion certes mais laissent moins de place au plaisir pur.

Machineries dévoilent un univers post-apocalyptique. Machines bruyantes et marionnettes, dont une immense, propose dans un coin reclus des fortifications un univers industriel plutôt intriguant peuplé de quelques machinistes automates actifs.

Les projections à court terme proposent un ciné-parc sur le terrain du champ de parade. De courtes projections devant un stationnement de voitures qui s'illuminent au gré de l'action projetée sur l'écran. Retour vers un petit plaisir presque disparu de nos étés québécois.

Les palais proposent tout en bas de la Côte de la potasse un univers un peu plus déprimant. De petits palais accueillent des musiciens à l'îlot des Palais. Chacun dans son palais aux allures de capharnaüm, en attente d'une partition à venir. Puis soudainement, tous se mettent à jouer un air mélancolique. Le spectateur marcheur découvre, en projection sur un mur, l'ensemble musical. Des multiples solitudes émergent un orchestre insoupçonné lors de sa promenade.

Arrivez tôt
Il faut prévoir une bonne heure trente pour apprécier le parcours. Les découvertes et les sollicitations sont nombreuses. Arrivez donc tôt (il n'y a que deux heures de représentations) ou prévoyez une deuxième visite. Le faire autrement risquerait de gâcher votre plaisir.

Une animation entre certains tableaux éloignés auraient permis de garder l'esprit de rencontres que propose le parcours. Tout en permettant une transition entre les tableaux, le charme et le plaisir n'en seraient que plus grands.

Certains tableaux manquent quelque peu d'animation ou de vie. Machineries ou Les projections à court terme susciteraient un plus grand plaisir festif s'il y avait plus d'animation. Un des plaisirs du parcours est d'être déstabilisé ou de découvrir dans un recoin une nouvelle animation. Ces deux tableaux sont contemplatifs. La découverte se fait dès l'arrivée et il y a peu ou prou de surprises par la suite. Les trois autres tableaux offrent une panoplie de sous-tableaux qui amène le marcheur spectateur à pousser sa découverte plus loin. Et c'est ce qui est la marque de commerce du parcours.

Une édition qui laisse un peu sur son appétit mais qui vaut le détour. Découvertes, ludisme et ambiances glauques se côtoient. Un voyage au pays des rêves!

Une présentation du Carrefour international de théâtre de Québec pour encore huit soirs, les 22, 23, 28, 29, 30 mai et les 4, 5 et 6 juin. 

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire