17 septembre 2014

La famille se crée en copulant: portraits de famille

Le Périscope offre comme deuxième pièce de la saison un texte de Jacob Wren, auteur anglo-montréalais, La famille se crée en copulant. Un savant mélange de portraits de famille qui offre une réflexion sur le mode de vie de la famille moyenne.

Une critique de Robert Boisclair


La famille se crée en copulant est une série de vignettes qui parle surtout de la société actuelle, celle que l'on perpétue en copulant et en agrandissant la famille. Un spectacle en trois temps aux rythmes différents. Un premier au ton badin, un deuxième résolument drôle et festif et un troisième surfant sur le mode réflexif. Chacun se compose d'une série de vignettes sur les hauts et les bas de la famille moyenne qui se multiplie et consomme de plus en plus.

Valérie Laroche est savoureuse en narratrice. Tout au long des deux premières parties, elle égaie le spectacle. Elle chante et agit comme le lien entre de courtes vignettes qui plongent le spectateur dans des univers parfois déjantés. Le reste de la distribution n'est pas en reste. Les comédiens se transforment sous nos yeux au gré des moments volés à des univers et des familles bien disparates.

Deux belles premières parties complétées par un troisième opus avec un ton plus sérieux et posé. Un changement de rythme qui s'étire en longueur et qui lasse un peu. Le personnage de Valérie Laroche qui était le fil conducteur des deux premières parties en liant les vignettes les unes aux autres s'efface. L'histoire nous est alors récitée au lieu d'être incarnée et vécue par les personnages comme ce fut le cas précédemment.

Le texte de Wren est savoureux et bien amené par le metteur en scène Frédéric Dubois. Il faut découvrir cette scène où l'on déroule une page de catalogue au sol. Les spectateurs découvrent alors, grâce à un miroir déformant et grossissant au fond de la scène, le salon d'une famille moyenne. Plusieurs autres moments magiques parsèment la scène comme ce quiz sur la folie de la consommation où chacun pourra s'y reconnaître... et rire un bon coup! Sous la drôlerie et l'esprit déjanté de la pièce, se cache toutefois une réflexion sur notre mode de vie et notre consommation, parfois, effrénée.

Un spectacle déjanté et une réflexion intéressante de notre mode de consommation, que demander de plus pour débuter sa saison de théâtre?

En représentation au Périscope jusqu'au 4 octobre. Avec Éliot Laprise, Valérie Laroche, Claudiane Ruelland, Réjean Vallée et Isabelle Vincent. Une mise en scène de Frédéric Dubois.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Frédéric Dubois (vers la quarantième minute de l'émission du 8 septembre).

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire