19 septembre 2014

Chante avec moi: chant rassembleur

Le Trident invite son public à s'embrigader avec sa première production de la saison 14-15. Chante avec moi d'Olivier Choinière tient l'affiche jusqu'au 11 octobre. Ver d'oreille garanti!

Une critique de Robert Boisclair

Chante avec moi en répétition
Crédit photo: Jasmin Robitaille

Olivier Choinière, l'auteur et le metteur en scène de la pièce, à l'habitude des dénonciations. Sa fascination à nous tendre un miroir s'est exprimée avec Félicité, sur l'attrait irrésistible de la vie des gens riches et célèbres pour plusieurs d'entre nous, ou encore avec ParadiXXX, production qui s'intéressait à l'univers de la pornographie. Chante avec moi ne fait pas exception. Ici aussi, il nous tend un miroir.

« Je chante, oui je chante, pour que tu chantes, avec moi. » Une ritournelle, une chanson reprise inlassablement par 50 comédiens. Voilà, essentiellement, la trame de cette pièce d'une durée d'une heure environ. Une chanson répétée en boucle pour livrer un message, un seul, celui du conformisme, de l'embrigadement. Un autre pavé dans la mare. Un autre miroir. Pour se regarder. Se contempler. Se conscientiser? Sans doute.

Si la ritournelle est répétitive, la mise en scène ne l'est sûrement pas. La scène est nue, à l'exception d'un synthétiseur trônant sur la scène. La salle reste éclairée pendant qu'une note, un rythme se fait entendre. Toujours pas de comédiens à l'horizon. Puis un comédien arrive de la salle et monte sur scène. Il se met à jouer doucement une mélodie improvisée. Un deuxième comédien se joint à lui. Une ritournelle prend forme. Puis le groupe grossit. Jusqu'à devenir vingt, trente, cinquante individus de toutes les classes et de tous les styles. La chanson devient danse et chorégraphie. Une chorale de jeunes chanteurs et une vedette de la chanson se joignent au groupe (attendez-vous à de belles surprises!). Puis le groupe s'évapore, disparaît. Mais le son de départ est toujours là.

Puis le manège reprend. Cette fois avec un grain de folie. Les mêmes personnages reviennent. Mais est-ce bien les mêmes personnages? Ils sont différents, plus flamboyants. La chanson est toujours là. Reprise inlassablement. Le ver d'oreille s'est installé. Des spectateurs tapent du pied ou sifflotent.

Le tout se termine sur une vision peu réjouissante de l'endoctrinement. La chorégraphie devient podorythmie. En rang d'oignons, les personnages se lancent dans une valse podorthymique qui entraînera leur disparition. L'endoctrinement devient autodestruction.

Il s'agit bien d'une critique sociale. Une chanson en boucle pour dénoncer l'endoctrinement fait à notre insu, sans qu'on s'en rende compte. Le procédé est intéressant et suscite le questionnement. La pièce est amusante et le plaisir des comédiens est évident.

Chante avec moi est avant tout un événement. Parce que l'expérience théâtrale est totalement différente de ce que l'on vit habituellement en salle. Les codes sont brisés. Le quatrième mur définitivement traversé. Une expérience événementielle qu'il faut découvrir et vivre. Soyez cependant averti que vous risquez de répéter à votre tour « Je chante, oui je chante, pour que tu chantes, avec moi. »

En représentation au Trident jusqu'au 11 octobre. Avec Bertrand Alain, Jean-Marie Alexandre, Ann-Sophie Archer, Marc Auger-Gosselin, Marie-Josée Bastien, Charles-Étienne Beaulne, Nancy Bernier, Caroline Boucher-Boudreault, Claude Breton-Potvin, Vincent Champoux, Jean-Pierre Cloutier, Anne-Marie Côté, Véronique Côté, Éva Daigle, Maude Palma-Duquet, Raymonde Garnier, Érika Gagnon, Jonathan Gagnon, Israël Gamache, Marie-Hélène Gendreau, Jean-Michel Girouard, Marie-Hélène Lalande, Denis Lamontagne, Simon Larouche, Simon Lepage, Julie Lespérance, Marianne Marceau, Kevin McCoy, Christian Michaud, Michel Nadeau, Olivier Normand, Jocelyn Pelletier, Monika Pilon, Lucien Ratio, Maxime Robin, Jessica Ruel-Thériault, Patric Saucier, Philippe Savard, Caroline Stephenson, Marjorie Vaillancourt ainsi qu'une chorale de jeunes chanteurs et une vedette de la chanson (différente à chaque soir). Une mise en scène d'Olivier Choinière.

Apprenez en plus sur ce spectacle en écoutant notre interview avec Olivier Choinière (au tout début de l'émission du 8 septembre).

Bon théâtre et bonne danse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire